Non classé

Dire au revoir…

Il est difficile ce sujet…mais tellement essentiel. Aujourd’hui, demain, dans une semaine ou un mois, nous serons tous vous et moi confrontés à l’ obligation de dire au revoir à quelqu’un.

Comme c est douloureux…je le sais…vous le savez… Alors on va prendre un peu de distance, si vous le voulez bien.

Pourquoi ça fait si mal ? Je pense que la douleur est intimement liée à notre rapport à la mort. Je pense qu’ elle est décuplée dans notre société car nous ne sommes pas préparé culturellement et spirituellement à faire face à la perte et au deuil. Pourtant, nous savons tous au fond de nous que rien n’ est permanent. Nous naissons, vivons et mourons. C est le processus normal, l’histoire de la vie. La difficulté selon moi, réside dans le fait que rien n’ est fait pour nous accompagner dans cette étape. Bien au contraire, nous repoussons l’ échéance grâce au progrès de la médecine. Bien sûre c’est est une bonne chose, de pouvoir gagner du temps à profiter des gens qu’ on aime. Mais ne serait-il pas aussi judicieux de profiter de ce temps pour accepter l’ idée qu’ un jour inévitablement nous devrons nous quitter. En écrivant cet article, je repense à ce film magnifique avec Suzanne Sarandon et Julia Roberts :  » Ma meilleure ennemie « . Il n’ est pas la question de vivre chaque instant dans l’ angoisse de la séparation mais bien de profiter, de vivre , de se nourrir du bonheur.

C’ est tellement personnel, cet instant où l’on on doit dire au revoir. La douleur qui en découle est unique, liée à la rencontre de deux individus et du chemin qu’ ils ont créés à deux. Personne ne peut vraiment comprendre ce que ressent l’ autre à cet instant.

Pour sublimer cette douleur, chacun à ses méthodes et comme toujours, je vous laisse la possibilité de nous dire… vous…ce que vous faites dans cet instant là.

Moi, mon premier réflexe est de m’ occuper. Je vais faire pleins de tâches, sans intérêt pour occuper mon cerveau et ne pas laisser entrer la douleur. C’ est le déni. Puis, à un moment il faut bien se poser. Alors je respire et j’ ouvre la porte des souvenirs. Je vais chercher au plus profond de ma mémoire chaque instant de bonheur, chaque partage d’ amour, de tendresse. Je vais retrouver la complicité et les rires échangés. Et je me dis que j’ ai eu de la chance, tellement de chance de pouvoir vivre tout ça.

Alors je ne dis pas au revoir. Je dis Merci. Merci d’ avoir partagé ma vie et à bientôt parce que tôt ou tard, on se retrouvera…

A ma famille, A mes amis…

Avec toute ma bienveillance et mon amour inconditionnel.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

8 + dix =